top of page

9. đŸ—žïž Miracle pour un petit belge !

Découvrons l'histoire du jeune petit Lucas, rescapé d'une grave maladie.


Transcription

Et salut les apprenants. Comment allez-vous ? Je suis vraiment trÚs heureuse de vous retrouver pour un nouvel épisode de ce podcast. Vraiment, c'est toujours un plaisir pour moi de passer quelques minutes avec vous pour partager, pour parler français. Et aujourd'hui, c'est vraiment tout particulier. C'est un épisode que j'aime beaucoup parce qu'on va parler d'un miracle survenu dans les actualités.


LĂ , on parle des actualitĂ©s françaises. C'est une bonne nouvelle qui fait du bien. Quand je dis « française », j'exagĂšre un petit peu parce que je dirais que c'est une bonne nouvelle plutĂŽt belge, parce que ça s'est passĂ© en Belgique, Ă  Bruxelles. On va parler de Lucas. C'est un petit belge de 12 ans qui serait le premier enfant au monde Ă  avoir vaincu un cancer incurable, c'est-Ă -dire un cancer qui n'est pas censĂ© ĂȘtre soignĂ©. On ne peut pas normalement le soigner. Incurable. C'est un cancer trĂšs agressif. Cette bonne nouvelle a Ă©tĂ© entendue au mois d'octobre 2023, dans un article du 20 minutes. Le 20 minutes, c'est un journal français. Ça vaut vraiment le coup d'en parler parce que ça fait vraiment du bien. Ce petit garçon Ă©tait atteint d'un gliome infiltrant du tronc cĂ©rĂ©bral. Si vous ne comprenez pas trĂšs bien le français, ça va vous paraĂźtre compliquĂ©, mais aprĂšs, on va expliquer ce que veulent dire tous ces mots. Ce petit garçon a eu cinq annĂ©es de traitement et aujourd'hui, il serait en rĂ©mission. En rĂ©mission, ça veut dire que le cancer est guĂ©ri et que maintenant, il n'y a pas normalement de raisons pour que le cancer reprenne du terrain. C'est incroyable parce que ce cancer touche des dizaines d'enfants chaque annĂ©e. C'est une maladie trĂšs agressive et ce petit garçon, Lucas, aurait rĂ©ussi Ă  vaincre cette maladie. Avant de continuer, on va expliquer les mots compliquĂ©s, les mots "gliome infiltrant du tronc cĂ©rĂ©bral." Alors, ne vous inquiĂ©tez pas, on va y aller lentement. Le gliome, c'est une tumeur. Le gliome infiltrant, c'est un type de tumeur qui se loge dans la partie du cerveau appelĂ©e le tronc cĂ©rĂ©bral. Alors, pour rappel, une tumeur, c'est un petit amas, un regroupement, ce sont plusieurs cellules cancĂ©reuses. Ça veut dire qu'il y a des cellules cancĂ©reuses dans le cerveau de Lucas. C'est le nom de sa maladie. Le jeune Lucas avait Ă©tĂ© diagnostiquĂ©. DiagnostiquĂ©, ça veut dire on a dĂ©couvert la maladie Ă  la l'Ăąge de six ans.


En suite, il a Ă©tĂ© pris en charge dans un hĂŽpital pour y suivre un essai clinique, un hĂŽpital français dans le Val de Marne la rĂ©gion Valdemarne. L'enfant a commencĂ© un protocole. « Protocole », ça veut dire une suite de rĂšgles, une suite de traitements de 30 sĂ©ances de radiothĂ©rapie ». Il a commencĂ© Ă  l'Ăąge de six ans des sĂ©ances de radiothĂ©rapie. On a le tĂ©moignage du mĂ©decin qui l'a soignĂ©, qui a contribuĂ© en tout cas Ă  le soigner. Il s'appelle Jacques Gris. Il nous donne ce tĂ©moignage. Il dit « Je sais. J'ai dit Ă  ses parents qu'on essaierait de contenir la maladie le plus longtemps possible, mais qu'on n'arriverait pas Ă  le guĂ©rir. Vous voyez, ce mĂ©decin a dit aux parents « On va essayer de faire en sorte, on va essayer de ralentir la maladie, mais on ne pourra pas le guĂ©rir. » Donc on partait vraiment sur quelque chose de dramatique parce qu' il n'y avait pas d'espoir pour ce petit garçon. Et pourtant, aujourd'hui, le mĂ©decin, son pĂ©diatre, c'est le mĂ©decin qui s'occupe des enfants, dit que Lucas peut ĂȘtre guĂ©ri. Il reste une tache sur les radios de Lucas. Ils ne savent pas encore cette petite tache, est-ce que c'est un rĂ©sidu du cancer, c'est-Ă -dire un reste de cancer ou est-ce que c'est la cicatrice d'une biopsie ? La biopsie, c'est une petite opĂ©ration. Quand on retire, on prend un petit morceau de cellule pour faire des examens de cette cellule. Dans le cerveau de Lucas, il y a encore cette tache et il ne savait pas ce que c'Ă©tait exactement. On espĂšre en tout cas que c'est juste une cicatrice. Mais en tout cas, ils expliquent la guĂ©rison de Lucas par le fait qu'il aurait eu une forme particuliĂšre de la maladie. Donc, c'est formidable parce que, comme dit son mĂ©decin, ils veulent savoir comment ça s'est produit, pourquoi est-ce que le cas a pu guĂ©rir. On va vraiment pouvoir progresser dans la mĂ©decine pour essayer de trouver le traitement qui correspond le mieux. Vous voyez cette maladie- lĂ , le gliome infiltrant du tronc cĂ©rĂ©bral, c'est en gĂ©nĂ©ral mortel pour les enfants, l'espĂ©rance de vie est estimĂ©e Ă  deux ans en moyenne aprĂšs le diagnostic. Ça veut dire que quand on dĂ©couvre la maladie, en moyenne, l'enfant vit deux ans. Mais lĂ , cette nouvelle peut vraiment redonner de l'espoir Ă  beaucoup, beaucoup de patients et beaucoup de parents. LĂ , actuellement, huit autres enfants sont pris en charge dans le mĂȘme protocole que Lucas. On espĂšre vraiment que ça va fonctionner. Ils sont considĂ©rĂ©s comme des longs survivants parce qu'ils n'ont pas connu de rechute trois ans aprĂšs avoir Ă©tĂ© diagnostiquĂ©s. C'est incroyable. Ça veut dire qu'il y a huit autres enfants qui, en tout cas, vivent trois ans aprĂšs leur diagnostic et il n'y a pas eu de rechute. Donc c'est vraiment une piste. Le cas de Lucas, c'est vraiment une piste pour soigner tous ses enfants. Et comme le dit le pĂ©diatre, c'est vraiment formidable.


Voilà, du coup, c'était la bonne nouvelle du mois d'octobre. Quand vous allez entendre ce podcast, on ne sera plus en octobre, mais j'ai trouvé trÚs encourageant d'en parler. On est trÚs heureux pour le petit Lucas et ses parents. C'est vraiment formidable. C'est une trÚs, trÚs bonne nouvelle. On espÚre qu'on entendra d'autres bonnes nouvelles comme ça dans les jours à venir. Merci en tout cas pour votre écoute. Alors, n'hésitez pas, pareil, à m'envoyer un petit message pour me dire ce que vous pensez de cette bonne nouvelle. N'hésitez pas aussi quand vous entendez un mot ou quelque chose que vous ne comprenez pas, n'hésitez pas à me poser la question. Vous pouvez m'envoyer un message directement grùce au SoFrench Club.


Voilà, n'hésitez pas, ça me fera trÚs, trÚs plaisir. Et c'est encore mieux si vous venez le jeudi à 13h00 nous en parler. C'est encore mieux parce que vraiment, on pourra pratiquer tous ensemble le français et parler de sujets d'actualité. En tout cas, merci encore une fois pour votre écoute. Je vous souhaite bon courage pour votre semaine les apprenants.


Et je vous dis à bientît. 👋


CharlĂšne de SoFrench.Online



0 vue0 commentaire
bottom of page